Le bouillon, l’allié santé de la famille

“Un bouillon peut ressusciter un mort” dixit un vieux proverbe sud-américain !

Redécouvrons ensemble cette recette oubliée et pourquoi celle-ci est si bonne pour notre santé.

Le bouillon, ou bouillon d’os, existe depuis toujours, dans toutes les cultures. En effet, il permettait à nos anciens d’utiliser toutes les parties de la viande et de se constituer un repas peu onéreux tout en étant consistant et délicieux.

Au milieu du XIXème siècle, c’est même devenu un concept à Paris avec la création des “bouillons parisiens”, restaurants populaires dont le plat principal était préparé à base de bouillon.

Les années ont passé, l’alimentation moderne a fait son apparition et les recettes de nos grands-mères ont été oubliées au profit du surgelé et des plats préparés.

Or, on s’est aperçu que ce fameux bouillon possédait de multiples vertus utiles à notre santé et à la croissance de nos tous-petits.

Mais quelles sont ces vertus ?

Le bouillon résulte simplement de la dissolution des os dans de l’eau. Après de nombreuses heures d’ébullition, les minéraux et les protéines contenues dans les os vont se dissoudre dans l’eau et former cette texture particulière et son goût délicieux.

Dans les minéraux, on va retrouver du calcium, du phosphore et du magnésium.
Parmi les protéines, ce sera surtout de la glycine, de la proline et du collagène.

Le collagène est une substance importante pour notre corps car il permet la construction et l’entretien de nos tissus conjonctifs. En clair, il soutient notre corps qui, sans lui, serait tout mou. On le retrouve notamment dans notre peau, nos os, nos tendons, nos cartilages, nos articulations, nos yeux, notre sang et nos poumons. Nous possédons des cellules qui le fabriquent mais l’alimentation apporte une grande quantité d’acides aminés dont va être extrait le collagène. Et le bouillon d’os, avec ses parties gélatineuses, est rempli de cette substance.

C’est également un bon remède contre les troubles digestifs car il contient de la glutamine qui a la capacité de réparer une muqueuse intestinale abîmée en renforçant les cellules de la paroi intestinale. Après une gastro, c’est idéal !

Le bouillon d’os est surtout extrêmement nutritif de par sa richesse en nutriments. Ainsi, il est idéal pendant l’hiver pour éviter ses maux hivernaux et après une maladie pour rebooster notre organisme.

RECETTE

Pour faire un bon bouillon il faut des os, des articulations ou des carcasses (boeuf, agneau, poulet, dinde, veau…) . Demandez à votre boucher, il saura vous conseiller. Privilégiez un boucher bio ou de la viande issue de petites exploitations locales pratiquant l’agriculture raisonnée. En effet, cela ne sert à rien de faire un bouillon avec de la viande de mauvaise qualité, cela se répercuterait sur la qualité du bouillon et sur ses vertus santé.

Si vous avez un os à moelle, c’est idéal, ajoutez-le. Vous pourrez ainsi récolter la moelle en fin de cuisson et la mélanger à vos repas.

On peut également faire un bon bouillon avec des os et des carcasses de poisson pour changer un peu, c’est tout aussi efficace et délicieux.

 

  • 1,5 kg d’os, d’articulations ou viande
  • sel non raffiné
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre (il va permettre une meilleure dégradation des os tout en alcalinisant la soupe)
  • Des légumes au choix pour aromatiser le bouillon
  • Des herbes aromatiques
  1. Prenez une grande marmite (10 litres)
  2. Placez-y les os, le sel et complétez d’eau afin de remplir la marmite de 3/4.
  3. Portez à ébullition puis laisser mijoter à feu doux à couvert pendant au minimum 3 heures. Plus vous ferez cuire la viande, plus votre bouillon sera riche en nutriments.
  4. Ajoutez les légumes et les herbes au bout de quelques heures de cuisson. Cette étape n’a rien d’obligatoire car vous pouvez toujours utiliser le bouillon plus tard pour une soupe ou bien le boire nature, sans ajout d’ingrédients.

Vous pouvez écumer la couche blanche qui va se former en cours de cuisson ou la laisser, au choix.

A la fin de la cuisson, en laissant refroidir, vous constaterez que le gras du bouillon remonte à la surface. Vous pouvez soit l’ôter et ainsi boire le bouillon dégraissé, soit le garder et profiter d’un bouillon consistant et nutritif. Pour les enfants, je conseille de garder ce gras, il est utile pour leur santé.

Ce bouillon se garde une semaine au réfrigérateur. Le plus simple étant d’en congeler une partie dans des petits pots et de le ressortir au fur et à mesure pour l’introduire dans une soupe, un ragout, une purée, des pâtes… Il s’utilise de la même façon qu’un bouillon-cube, ses vertus santé en plus !

Pour bébé, si vous l’allaitez, il aura son bouillon en direct, sinon remplacez l’eau du biberon du soir par celle du bouillon; le goût délicieux devrait lui plaire et sa croissance n’en sera que meilleure  !

Enfin, exit les bouillons-cube, remplis d’additifs et exhausteurs de goût néfastes pour votre santé. Même bios, ils n’en restent pas moins mauvais.

Avec un peu d’habitude et d’organisation, vous constituerez des bouillons délicieux pour votre famille et vous pourrez constater les effets positifs sur leur santé. Pour ma part, pendant l’hiver, je fais un bouillon par semaine que j’utilise comme soupe; j’y ajoute quelques légumes et pour les enfants des pâtes alphabets, ils en redemandent ! Je congèle le reste et m’en sert au gré de mes plats.

Bon bouillon, bonne santé !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*